ARTE diffuse la série documentaire inédite “Étonnants jardins”

DU DIMANCHE 27 AOÛT AU DIMANCHE 24 SEPTEMBRE.

Cette nouvelle collection documentaire propose un regard inédit sur les jardins contemporains : depuis trente ans, l’art des jardins connaît en effet une véritable effervescence, avec la création de lieux hors du commun. Dans un monde de plus en plus urbanisé, ses espaces de respiration et de poésie inventent un nouvel horizon, incarné par des créateurs passionnés, paysagistes, artistes, architectes ou jardiniers. À travers cinq destinations, “Étonnants jardins” nous emmène à la rencontre de tous ceux qui imaginent ces univers verdoyants : des jardins uniques et innovants à travers le monde. 

Dimanche 27 août à 13h45
Le jardin de Cranbourne, Australie

Dans la banlieue sud-est de Melbourne, se trouve un jardin botanique hors du commun, the « Australian Garden ». Du bush à la mangrove, les paysagistes de l’agence TCL ont mis 20 ans pour faire revivre les panoramas australiens dans une immense carrière de sable. Sans jamais copier la nature mais en faisant appel à l’imaginaire du promeneur, ils inventent ainsi une nouvelle esthétique, en évoquant les paysages de leur grand pays grâce à des représentations stylisées. En résulte une surprenante collection botanique – 170 000 plantes, concentrées sur 25 hectares – qui raconte l’histoire d’un continent à la nature grandiose, l’Australie.
> Voir l’épisode (mot de passe : australie)

Dimanche 3 septembre à 11h35
Le jardin Zhongshan, Chine

A Zhongshan, près de Canton, le Parc du chantier naval constitue une réponse humble mais forte à la frénésie urbaine de la Chine. Avec ce parc, le paysagiste Kongjian Yu réhabilite une friche et ses hangars, sans jamais se couper de l’histoire du lieu. Avec audace, et dans le respect de l’environnement, ce fils de paysan imagine en effet des villes-éponges, stratégie avec laquelle il tente de concilier crues et développement des villes. Une nouvelle esthétique, à l’inventivité extraordinaire et pleine d’espoir pour les grandes métropoles chinoises.
> Voir l’épisode (mot de passe : chine)

Dimanche 10 septembre à 11h
Le jardin Inhotim, Brésil

Au cœur de 2000 hectares de forêt luxuriante, découvrez Inhotim, étonnant jardin où la démesure des œuvres d’art n’a d’égale que celle de la nature brésilienne. Dans les années 1980, un richissime entrepreneur, Bernardo Paz, sauve ces collines humides de l’exploitation du minerai pour y ouvrir le plus grand musée à ciel ouvert de l’Amérique latine. Depuis, les œuvres s’y accumulent, discrètes ou délirantes, au creux des feuillages, installations démesurées de plasticiens de renom, tels que Giuseppe Penone ou Tunga. Un nouveau dialogue, entre la nature et l’art.
> Voir l’épisode (mot de passe : bresil)

Dimanche 17 septembre à 11h15
Le jardin Al-Azhar, Égypte

Bienvenue au parc Al-Azhar : difficile d’imaginer, dans le bruit des fontaines et l’odeur du jasmin, à quel point ce terrain a échappé au pire.  En prenant la place d’une immense déchetterie, 500 ans de déchets accumulés, ce dépotoir transformé en splendide jardin offre à la capitale de l’Égypte un incroyable poumon vert, aujourd’hui devenu l’espace vert le plus fréquenté de la ville. Aussi étrange que cela puisse paraître, rares sont les jardins typiquement orientaux dans la ville aux mille minarets : typiquement égyptien, le parc Al-Azhar remet au goût du jour la tradition des jardins arabo-musulmans. Une révolution pour les Cairotes, ainsi qu’une véritable prouesse architecturale.
> Voir l’épisode (mot de passe : egypte)

Dimanche 24 septembre à 11h15
Le jardin de la spéculation cosmique, Ecosse

À deux heures de Glasgow, à la frontière sud de l’Ecosse, se trouve le jardin de la spéculation cosmique. Lorsque Charles Jencks et son épouse, Maggie Keswick, s’installent dans ce paisible manoir du XVIIIe, rien ne laissait présager de son incroyable transformation. Charles Jencks est architecte, Maggie Keswick est paysagiste, il a théorisé le postmodernisme, elle est la spécialiste du jardin chinois. De leur histoire d’amour va naître une nouvelle forme de paysage. Rencontre entre les mathématiques et la cosmogonie, ce jardin raconte donc… l’histoire de l’univers, rien de moins, de l’ADN aux trous noirs. Une révolution dans l’art des jardins.
> Voir l’épisode (mot de passe : ecosse)

La collection se poursuit sur ARTE en 2018 avec : Awaji Yumebutai au Japon, Landschaftspark Duisburg-Nord en Allemagne, Le Jardin des Cactus aux Iles Canaries en Espagne, Le Jardin Plume en France, La High Line aux Etats-Unis. 

Série documentaire (France, 2016-2017, 5x26mn) – Auteur : Charlotte Fauve – Réalisation : Stéphane Carrel, Pat Marcel, Matthieu Valluet – Coproduction : ARTE France, Cinétévé