Cycle François Ozon sur ARTE

Du dimanche 1er au lundi 9 septembre 2019

/
ARTE revisite la carrière du plus prolixe cinéaste français, le réalisateur François Ozon : Sous le sable, Jeune et jolie, Une nouvelle amie et Le temps qui reste, quatre films dont les récits sont rythmés par le deuil, le sexe, l’amour ou le désir.

/

Dimanche 1er septembre à 20.55
Sous le sable 
Avec Charlotte Rampling, Bruno Cremer, Jacques Nolot, Alexandra Stewart, Pierre Vernier, Andrée Tainsy

Alors que Marie dort sur la plage, Jean disparaît. Qu’est devenu l’homme de sa vie ? Quoi que puissent dire ses amis, sa famille, la police, elle veut garder espoir. L’un des plus beaux rôles de Charlotte Rampling qui la révéla au grand public.
(France, 2000, 1h35mn)

/
Mercredi 4 septembre à 20.55
Jeune et jolie 
Avec Marine Vacth, Géraldine Pailhas, Frédéric Pierrot, Fantin Ravat, Johan Leysen, Charlotte Rampling

Un jour, Isabelle, 17 ans, est abordée par un homme qui lui propose un rendez-vous tarifé. Elle accepte. Un client en amène un autre. François Ozon explore la solitude de l’adolescence et le poids du regard des autres au travers du visage impassible de Marine Vacth, personnage central de la série Moloch d’Arnaud Malherbe à venir sur ARTE.
(France, 2013, 1h29mn)

/
Lundi 9 septembre à 20.50
Une nouvelle amie 
Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz, Isild Le Besco

Suite au décès de sa meilleure amie Laura, Claire sombre dans une profonde dépression. La rencontre de Virginia, alter ego féminin du mari de son amie décédée, lui permet d’aller de l’avant. Oscillant entre comédie et drame, François Ozon joue avec délectation de la confusion des genres. 
(France, 2013, 1h43mn)

/
Lundi 9 septembre à 22.35
Le temps qui reste 
Avec Melvil Poupaud, Jeanne Moreau, Valeria Bruni Tedeschi, Christian Sengewald

À l’âge de 30 ans, Romain découvre brusquement qu’il n’a plus que trois mois à vivre. Alors qu’il décide de le cacher à son petit ami Sacha et à sa famille, il se rend chez sa grand-mère afin de lui annoncer la nouvelle. François Ozon capture sobrement le douloureux deuil de soi.
(France, 2004, 1h17mn)