La roue d’Abel Gance
un chef-d’oeuvre du cinéma muet dans sa version intégrale restaurée

Lundi 28 octobre à 0.35 (époques 1 & 2)
Lundi 4 novembre à 0.45 (époques 3 & 4)
et en intégralité sur arte.tv du 28 octobre au 10 novembre

.La Roue (1923) est considéré comme l’un des trois grands films d’Abel Gance avec J’accuse et Napoléon. Son style et son ampleur sont un modèle pour le cinéma d’avant-garde des années 1920, qui a inspiré Eisenstein et Kurosawa. Après plusieurs années d’un formidable travail d’enquête dans les archives et les cinémathèques européennes,  le public peut enfin découvrir  le film dans son intégrité et sa beauté originelles. Restauré sous l’égide de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, en collaboration avec ARTE et  les Cinémathèques suisse et française, il est diffusé dans la version musicale enregistrée le 14 septembre au Konzerthaus de Berlin, avec l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, dirigée par Frank Strobel.
Pour accompagner cette diffusion exceptionnelle, un webdocumentaire réalisé par Virginie Apiou pour arte.tv, revient sur l’histoire de cette restauration hors norme.

“Il y a le cinéma d’avant et d’après La Roue, comme il y a la peinture d’avant et d’après Picasso.”  Jean Cocteau.
Ce mélodrame d’Abel Gance est une véritable saga familiale et passionnelle qui puise dans les mythes d’Œdipe et de Sisyphe : un cheminot lutte pour cacher à l’orpheline qu’il a adoptée l’amour qu’elle lui inspire. Pour mener son ambitieux projet, tourné en grande partie en extérieurs, une nouveauté pour l’époque, Abel Gance prend toutes les libertés, et fait exploser le budget initial alloué par Charles Pathé.
Prévu pour une durée de deux heures, le film en fera presque huit au final. Lorsqu’il sort en salles, le 16 février 1923, le film reçoit un accueil mitigé du public, mais l’avant-garde intellectuelle s’émerveille de son inventivité narrative et technique, du montage audacieux ou du traitement de la couleur. Différentes versions du film ayant circulé au fil des décennies, c’est la liste manuscrite des 117 pièces jouées lors de la première projection au Gaumont-Palace qui a servi de base à la reconstitution du film dans sa version d’origine. Cette sélection prestigieuse d’œuvres symphoniques de 55 compositeurs français offre une occasion rare d’entendre le répertoire musical des années 1920  (Darius Milhaud, Gabriel Fauré, Charles Pons, Jean Roger-Ducasse ou Félix Fourdrain).

Après le ciné-concert de Berlin du 14 septembre, le film sera également projeté lors du 10ème Festival Lumière à Lyon les 19 et 20 octobre, avec l’Orchestre National de Lyon sous la direction de Frank Strobel.

La Roue
Film muet en deux parties d’Abel Gance (France, 1923, 3h47 et 3h09)
Avec : Séverin-Mars, Gabriel de Gravone, Ivy Close, Pierre Magnier, Georges Térof, Gil Clary
Production : Films Abel Gance Pathé.
Version musicale restaurée d’après l’orchestration originale d’Arthur Honegger et Paul Fosse
Restauration : Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, Cinémathèque française, Cinémathèque suisse, ARTE France, ZDF/ARTE, Deutschlandfunk Kultur/RSB

La Roue, histoire d’un film
un webdocumentaire de Virginie Apiou (2019 – 25 min) disponible sur arte.tv, retrace les différentes étapes de la restauration du film.

Plus d’infos et visionnage intégral des deux épisodes sur ARTE Magazine