Alfred Hitchcock sur ARTE :

Dimanche 2 février à 20.55
Fenêtre sur cour  suivi du documentaire inédit
Dans l’ombre d’Hitchcock – Alma et Hitch

et trois films en exclusivité sur arte.tv

ARTE consacre une soirée au maître du suspens avec Fenêtre sur cour, l’un de ses films majeurs, suivi d’un portrait iconoclaste sur le couple qu’il formait avec Alma Reville. Sur arte.tv, L’homme qui en savait trop, Sabotage et Jeune et innocent disponibles jusqu’au 31 mai, complètent cette programmation spéciale.

Dimanche 2 février 2020
20.50
Fenêtre sur cour
(Rear Window)  Scénario de John Michael Hayes, d’après la nouvelle de Cornell Woolrich. Avec James Stewart et Grace Kelly (États-Unis, 1954, 1h52, VOSTF/VF)

Immobilisé par une jambe dans le plâtre, un photographe passe ses journées à observer l’immeuble d’en face. Un appartement attire plus particulièrement son attention : des disputes conjugales, un cri dans la nuit, des allées et venues, un couteau, une scie… Quand il constate que l’épouse a disparu, Jeff est convaincu qu’elle a été assassinée…

22.45 Dans l’ombre d’Hitchcock – Alma et Hitch
et du 26 janvier au 1er avril sur arte.tv
Documentaire de Laurent Herbiet  d’après un récit de Patrick McGilligan
Coproduction : ARTE France, Nilaya Productions (France, 2019, 54mn)
Sélectionné au FIPADOC 2020

Illustré par de nombreux extraits de films, interviews, photos et films de famille, ce portrait revisite la personnalité d’Alfred Hitchcock à travers sa relation fusionnelle avec son épouse, et explore le rôle essentiel qu’ont joué les femmes dans sa carrière.
En 1979, devant l’American Film Institute, Alfred Hitchcock remercie les quatre personnes qui furent essentielles pour lui : “La première est une monteuse, la deuxième, une scénariste, la troisième, la mère de ma fille Patricia, et la quatrième, une cuisinière émérite capable d’accomplir des miracles aux fourneaux, leur nom est… Alma Reville !
Alors qu’il commençait à peine le cinéma, Alfred Hitchcock rencontre Alma Reville, monteuse, assistante à la réalisation, et comédienne dans les studios londoniens d’Islington. Trop timide pour lui adresser la parole, il met plus d’un an avant de se décider à lui proposer de monter La danseuse blessée de Graham Cutts, dont il est l’assistant. Leur complicité est immédiate et totale, un tandem d’exception se met en place, ils feront désormais quasiment tous les films du maître ensemble et leurs routes ne vont plus se séparer…

Et sur arte.tv jusqu’au 31 mai :
Trois pépites des années anglaises, L’homme qui en savait trop (1934), Sabotage (1936) et Jeune et innocent (1937).

Dans Blow up, le webzine cinéma de Luc Lagier :
> Alfred Hitchcock en 8 minutes
> Les génériques d’Alfred Hitchcock

Visionnez et partagez deux extraits :
Extrait 1
Extrait 2 

Plus d’infos et voir l’intégralité de la soirée sur ARTE Magazine ICI