Soirée Françoise Sagan avec un portrait inédit

LUNDI 30 JANVIER 2017 À PARTIR DE 20h55

ARTE diffuse un portrait inédit de Françoise Sagan, co-écrit par Marie Brunet-Debaines et par le fils de la romancière, Denis Westhoff. Le film dévoile l’âme délicate d’une romancière qui se dissimula souvent derrière une légende aussi commode qu’encombrante. Il est précédé du film “La Chamade”, adapté d’un de ses romans. 

20h55 La Chamade

Un film d’Alain Cavalier (France/ Italie, 1968, 1h39mn) – Scénario : Alain Cavalier et Françoise Sagan, d’après le roman éponyme de Françoise Sagan – Avec : Catherine Deneuve (Lucille), Michel Piccoli (Charles), Roger Van Hool (Antoine), Jacques Sereys (Johnny), Irène Tunc (Diane) – Production : Les Films Ariane, Les Productions Artistes Associés, Produzioni Europee Associati (PEA) 
(R. du 30/7/2006)

Entre Paris et Saint-Tropez, quelques mois dans la vie de Lucille, ardente oisive dont le cœur balance entre un riche amant et un jeune bohème. Du pur Sagan, illuminé par Catherine Deneuve.
Au début, on peut croire à une chronique des vanités mondaines, tenue sans méchanceté par Alain Cavalier. Puis le charme fantasque du cinéaste – qui attendra ensuite huit ans pour réaliser le merveilleux Plein de super – et celui de son interprète féminine opèrent insensiblement. Et l’on se prend à ce jeu sérieux de l’amour et de la frivolité entre Paris et Saint-Tropez. Avec, en arrière-plan, un émouvant Michel Piccoli en amoureux fervent et absolu.

> Découvrez un extrait d’interview de Françoise Sagan au sujet de “La Chamade”

23h05 Françoise Sagan, l’élégance de vivre

Un documentaire de Marie Brunet-Debaines
Coproduction : ARTE France, Camera Lucida Productions, INA (France, 2015, 1h)

> Visionnez le documentaire en intégralité sur ARTE Magazine (après inscription) 

Devenue célèbre à 18 ans, en 1954, avec un roman qui fit grand bruit, Bonjour tristesse, Françoise Sagan défraye la chronique, avec sa joyeuse bande d’amis, son goût du luxe, des boîtes des nuit et de la vitesse. Avec la complicité de Denis Westhoff, le fils de la romancière, la réalisatrice Marie Brunet-Debaines fait la part de la réalité et du mythe et retrace la vie tumultueuse de la romancière dans ce beau portrait semé d’archives et d’extraits de ses livres.

Vive et élégante, avec son inimitable débit à la mitraillette, Sagan s’y livre par bribes, se dissimulant volontiers en faisant de l’esprit. Au fil des images, émerge une personnalité généreuse, rétive au mariage mais dotée d’un grand sens de l’amitié et de la famille et animée d’un formidable instinct de survie, en dépit de ses excès. Le documentaire montre aussi la place centrale qu’occupait la littérature dans sa vie. Se perdant volontiers dans une vie d’oisiveté et d’amusement, Françoise Sagan se raccrochait au monde tangible grâce à l’écriture : “De temps en temps, j’ai besoin de me battre, de me colleter avec quelque chose de réel. Et la réalité ça devient la fiction, la difficulté d’écrire.”