2018 : Record historique d’audience pour ARTE
à l’antenne, sur le numérique et en Europe

Communiqué de presse

2018 est l’année de tous les records pour ARTE. En France, à l’antenne, la chaîne affiche 2,4% de pda, soit une hausse de 9%. Il s’agit de la plus forte audience de son histoire. L’audience numérique  progresse aussi de façon importante avec une croissance de 50% en un an.

En Allemagne également, 2018 confirme la bonne santé d’ARTE avec 1,1% de pda, un résultat stable par rapport à 2017.

En Europe, ARTE s’impose comme la chaîne culturelle européenne de référence grâce à son offre numérique en 6 langues. ARTE a triplé ses audiences européennes avec une moyenne de 900 000 vidéos vues par mois en anglais, espagnol, polonais et italien.

Dans le contexte foisonnant de l’offre et de concurrence aiguë entre les médias audiovisuels, ces résultats remarquables confortent la stratégie éditoriale et numérique de la chaîne. La qualité et l’originalité de ses programmes sont valorisées grâce à une exposition maximale sur l’ensemble des écrans et dans une volonté d’adéquation sans cesse renouvelée aux usages et aux attentes du public.
.
Record historique de l’audience antenne

L’audience d’ARTE s’établit à 2,4% de pda soit une hausse de 9% de son audience par rapport à l’année dernière (2,2% de pda en 2017). Il s’agit de la plus forte croissance parmi les chaînes historiques.

La chaîne a progressé sur l’ensemble de sa grille, en journée comme en soirée. C’est la première partie de soirée qui affiche la plus forte progression en passant de 3,1 % de pda à 3,4, soit 10% d’augmentation.

Le cinéma attire toujours autant le public et permet à la chaîne de réaliser ses meilleures audiences. Parmi le top 5: citons La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock (7,7% de pda et 1 678 000 tél.), 21 nuits avec Pattie des Frères Larrieu (6,2% de pda et 1 528 000 tél.), L’heure d’Eté d’Olivier Assayas (5,6% de pda et 1 447 000 tél.) ou encore Les Voleurs d’André Téchiné (5,6% de pda et 1 447 000 tél.). Le cinéma est aussi présent l’après-midi avec le film de 13h35 qui fidélise toujours plus de téléspectateurs, tout comme le magazine Invitation au voyage, animé par Linda Lorin, dont la pda a augmenté de 20%.
Des rendez-vous permettant ainsi aux après-midis d’ARTE de s’affirmer et de s’ancrer auprès du public.

En avant-soirée, le carrefour de l’information (2,7 % de pda en 2018 vs 2.6  en 2017) continue de fidéliser un public appréciant le regard européen et international proposé par ARTE Journal puis par le magazine 28 minutes, présenté par Elisabeth Quin, dont l’audience ne cesse de progresser atteignant même un pic à 4% de pda le 23 novembre dernier. Citons également Le Dessous des Cartes présenté par Emilie Aubry et Vox pop, désormais animé par la journaliste Nora Hamadi, qui consolident leur audience auprès d’un public curieux de décryptage.
 
Emblématiques de la chaîne, de grands documentaires, des séries ambitieuses et des fictions originales ont marqué l’année avec des succès à la fois critiques et publics : citons notamment, la série suédoise Meurtres à Sandhamm (5% de pda et 1 140 000 tél.) qui réalise le record du rendez-vous Série du jeudi, les séries françaises Maroni d’Aurélien Molas (4,4% de pda et 908 000 tél.) et Coin Coin et les z’inhumains de Bruno Dumont (4% de pda et 873 000 tél.). La fiction allemande Toute la vérité de Miguel Alexandre (6,5% de pda et 1 455 000 tél.) enregistre le record du vendredi suivie des fictions françaises Un adultère de Philippe Harel (6,3% de pda et 1 421 000 tél.) et Jonas de Christophe Charrier (4,9% de pda et 1 119 000 tél.).

Côté documentaire, Le monde selon Xi Jinping de Sophie Lepault et Romain Franklin réalise un record avec 4,4% de pda et 1 091 000 tél., suivi de La Cité interdite révélée de Ian Bremner (4,2% de pda et 1 030 000 tél.), Sauvages, au cœur des zoos humains de Pascal Blanchard et Bruno Victor-Pujebet (4% de pda et 869 000 tél.) ou encore le portrait de Bernadette Lafont d’Esther Hoffenberg  (5,4% de pda et 840 000 tél.) qui ont tout particulièrement intéressé le public. Côté Investigation, le documentaire Starbucks sans filtre de Luc Hermann et Gilles Bovon, qui a réalisé 3,1% de pda soit 717 000 téléspectateurs à l’antenne, voit son audience tripler grâce au replay avec plus de 2 millions de vidéos vues.

Soulignons également que deux ambitieuses coproductions européennes, la série Au nom du père par le créateur de Borgen et la série documentaire-fiction 1918-1939 : les rêves brisés de l’entre-deux-guerres de Jan Peter et Frédéric Goupil, ont réuni en moyenne à l’antenne respectivement 664 000 et 544 000 téléspectateurs et particulièrement performé grâce au replay en réalisant près de 2 900 000 et 1 340 000 vidéos vues.
.
Une croissance spectaculaire de l’offre numérique

L’audience numérique d’ARTE a progressé de + de 50% en un an : soit 55 millions de vidéos vues en moyenne mensuelle de janvier à octobre 2018. Rappelons qu’ARTE privilégie une mesure plus qualitative en se référant à un visionnage minimal de 10 secondes (en se conformant aux usages avec un visionnage à 3 secondes, l’audience s’élève alors à 80 millions de vidéos vues). 

Ces bons résultats sont le fruit d’une stratégie d’hyperdistribution qui permet une visibilité exponentielle des programmes de la chaîne, non seulement sur les offres numériques d’ARTE, mais aussi sur toutes les plateformes tierces, comme Facebook ou YouTube. Une éditorialisation ajustée renforce l’attractivité de cette offre auprès d’un public plus jeune.

Notons également que les chaînes Youtube d’ARTE ont réalisé une envolée avec des audiences en hausse de plus de 70% en 2018. Ainsi, la chaîne Tu mourras moins bête, série animée de Marion Montaigne, surpasse son record de 2017 et cumule chaque mois près de 2 millions de vidéos vues en 2018 (+30% vs 2017).

Même constat sur Facebook où la chaîne fédère 5,4 millions de fans, l’audience vidéo mensuelle a augmenté de 40% en 2018 (15 millions de vidéos vues à 10 secondes et 40 millions à 3 secondes) de janvier à octobre 2018. ARTE continue de fédérer autour de sujets d’investigation forts, à l’instar du programme de vulgarisation « 5 infos clés » qui cumule plus de 6 millions de vues sur Facebook en 2018. Autre exemple : Le Parfum d’Irak, création numérique signée Feurat Alani et Léonard Cohen, emblématique des nouvelles formes narratives permises par le numérique, a d’ores et déjà réalisé plus de 500 000 vidéos vues.
 
Se déployer sur tous les supports de diffusion permet à ARTE de toucher toutes les générations : à l’antenne l’âge moyen du téléspectateur est de 63 ans, 49 ans sur le web, 37 ans sur Facebook et 31 ans sur Youtube. Le numérique permet ainsi à la chaîne de rajeunir le public tout en valorisant la profusion et l’originalité de ses formats de production.
 
Source : Médiamétrie – Médiamat – Moyenne des résultats / Mode de vision à date au 30 décembre 2018
eStat Streaming ; Plateformes tierces : Youtube, Dailymotion, Facebook, Twitter, Free, Orange, Bouygues, SFR, Numéricable