Une nouvelle saison pour Tous les internets, le webmagazine hebdomadaire d’ARTE qui raconte les nouvelles formes de vigilance démocratique

Nouveaux épisodes à partir du 20 janvier 2020
sur les réseaux d’ARTE, ARTE Info, Facebook, Instagram, Twitter, YouTube et bientôt sur Snapchat

En donnant la parole à des militants, des blogueurs, des lanceurs d’alerte ou des bidouilleurs de réseaux qui utilisent la puissance du web pour faire bouger les lignes, ce webmagazine hebdomadaire et percutant questionne les enjeux majeurs des bouleversements géopolitiques et culturels internationaux.
 
Face aux dérives autoritaires, qu’elles soient d’ordre financier, politique ou socioculturel, des citoyens et des citoyennes dans le monde se saisissent des possibilités offertes par les Internets et les réseaux sociaux pour faire entendre leur voix. Lanceurs d’alerte, militants, artistes se mobilisent contre la corruption, le sexisme et les discriminations, les pollutions, le déclin démocratique, le mensonge et l’opacité de la vie publique… Tous ces dissidents modernes ont pour point commun de porter leur combat sur le web. Une parole libre de celles et ceux qui, partout dans le monde, utilisent ces outils pour transformer leur société. Ils comptent sur la viralité, rendue possible et favorisée par le numérique, pour avoir un impact. Tous les internets raconte leur histoire, leurs nouvelles formes de vigilance démocratique.
 
Cette nouvelle saison va avec son lot de changements : un changement d’équipe (biographie du nouveau rédacteur chef ci-dessous), un changement de look (nouveau motion design), et passage du format Les dissidents (format vertical posté sur IGTV et Facebook) en hebdo.
L’architecture narrative des vidéos des Dissidents débute toujours avec un propos fort, et le protagoniste apparaît dans son environnement, sur le terrain, lors d’une manifestation ou dans un lieu symbolique de son combat. Il nous livre son histoire, face caméra en format vertical 9/16 sur Facebook, Instagram et plus tard Snapchat), en 16/9 sur YouTube et arte.tv. Des petites séquences de reportage, qui matérialisent ses « armes » et sa lutte, et de la data visualisation viennent illustrer et élargir son propos, mettant en lumière les enjeux géopolitiques. 
 
Chaque épisode, d’une durée de 3 minutes, porte un message commun qui nourrit « l’empowerment », faire prendre conscience de sa capacité d’agir. Et peut-être ainsi inspirer d’autres internautes à s’engager, fédérer et devenir eux-mêmes des acteurs de transformation sociale.

Au programme :
Épisode 1 : “PAPA IL A TUÉ MAMAN” : la révolte des Collages Féminicides (20 janvier) (épisode en tête de ce communiqué)
Épisode 2 : Algérie : la révolution face aux arrestations arbitraires (27 janvier)

Et 24 autres épisodes à suivre
 
Biographie du nouveau rédacteur en chef :
Simon Bouvier est né à New York et a grandi en Suisse dans une famille polyglotte. Après son service militaire, il a étudié à Sciences Po Paris, puis est retourné dans sa New York natale pour obtenir son master à la prestigieuse école de Journalisme de Columbia. Il est passé par le consortium de journalistes d’investigation ICIJ, puis par l’émission de documentaires People and Power d’Al Jazeera English, avant de rejoindre l’équipe de Fareed Zakaria, l’émission d’affaires internationales phare de CNN, où il s’est penché sur les premières années au pouvoir de l’administration Trump. De retour en France, il est à présent rédacteur en chef adjoint à l’agence Premières Lignes à Paris.

Tous les internets
Rédaction en chef : Simon Bouvier
Coproduction : ARTE France, Premières Lignes 
Avec la participation Du Centre National du Cinéma et De l’image animée (CNC)  
(France, 2020, 26×3′)